La RATP, cette boîte à idée

Logo - RATPLe métro’ parisien est une bombe à retardement. Chaque jour, plus de voyageurs à transporter, un réseau qui n’évolue que très lentement, des prix en constante augmentation, des informations rares et tardives en cas de dysfonctionnement. Résultat, la grogne des voyageurs se fait de plus en plus entendre.

Mais pas d’inquiétude : la RATP a tout prévu. Pour faire face à la colère de ses usagers,la RATP vous propose désormais de.. RECHARGER VOTRE PASS NAVIGO À DOMICILE.
Bon alors ok, il faut acheter un périphérique pour effectivement recharger son pass, mais surtout, ça ne sert à rien.

Quand on voit l’urgence de la résolution des problèmes auxquels la RATP doit faire face, je trouve ça incroyable de ne consacrer ne serait-ce qu’une personne pour mettre en place le rechargement des pass navigo à domicile.

Cependant, voici quelques idées plus ou moins réalistes à mettre en place pour améliorer grandement le service de transport parisien.

Une rame bloquée et c’est la ligne entière qui est à l’arrêt

Lorsqu’un train est bloqué à quai pour une raison X ou Y, le trafic n’est pas « ralenti » comme le laisse suggérer la voix criarde mélodieuse de l’agent de service, mais tout bonnement arrêté. Est-ce bien raisonnable ?

On est d’accord, les trains ne vont pas s’envoler pour éviter l’obstacle, mais ne pourraient-ils pas le contourner ? Pour ce faire, on pourrait soit creuser une ligne secondaire en parallèle de chaque ligne déjà en place, ligne secondaire qui serait alors utilisée pour que le reste de la ligne puisse circuler. Au delà du fait que si cette disposition avait été prise dès le début de la construction du métro’ parisien, on éviterait bien des désagrément aujourd’hui, je me rend bien compte des difficultés que rencontrerait un tel chantier.

Par contre, je ne suis pas sûr que poser des aiguillage aux entrées et sorties de chaque station soit si invraisemblable que ça pour une boîte qui a pu imaginer que les gens seraient prêts à payer pour recharger une carte depuis chez eux. Ces aiguillages permettraient aux rames d’emprunter les rails normalement réservés aux trains venant en sens inverse. Le trafic serait ralenti certes, pour des questions de régulation, mais au moins il continuerait de fonctionner.

« En raison d’un voyageur malade, l’ensemble du trafic est fortement perturbé sur l’ensemble de la ligne »

J’aimerais bien qu’on m’explique pourquoi, lorsqu’un voyageur fait un malaise dans le métro’, le train doit rester à quai le temps que les pompiers arrivent. Le conducteur de la rame reste dans sa cabine, et on attend tous sans rien faire.

Ici, il s’agirait de modifier un tout petit peu la procédure : le chef de station descend sur le quai, et reste avec le malade le temps que les pompiers arrivent, en laissant circuler les trains.

« Chic, le métro’ est bloqué »

L’idéal serait de pouvoir dire cette phrase. Pour cela, il faudrait que les quais soient aménagés de façon à ce que l’attente y soit agréable. Aujourd’hui, lorsque le trafic est arrêté, le quai se remplit, les gens se bousculent, et ça devient rapidement l’anarchie. Pourquoi pas imaginer un café où les gens pourraient s’asseoir et prendre un café le temps que le trafic se rétablisse.

Pour éviter que celui qui déciderait de profiter de cet aménagement perde « sa » place dans la rame suivante, il suffirait de mettre en place un système de tickets numérotés. Ainsi, le gens pourraient prendre le métro’ dans l’ordre dans lequel ils sont arrivés.

Get up, Stand up

Quand on regarde une rame, ce qui frappe le plus, c’est la place qu’occupe les places assises. Étant donné l’augmentation du nombre de voyageur, à défaut de changer les trains pour les version toute automatisée, on pourrait retirer les places assises, en laissant une ou deux rames avec des sièges, pour les personnes âgées ou handicapée qui ont besoins de s’asseoir (et qui ne le peuvent généralement pas aux heures de pointe). Et pour éviter les incivilités, on ne laisserait pénétrer dans ces rames que les personnes en ayant l’autorisation.

Mon créneau, ma bataille

Le problème de sur-fréquentation du réseau est souvent dû à l’affluence aux heures de pointe. Pour fluidifier le trafic, on pourrait imaginer mettre en place des créneaux pour chaque usagers. Par exemple le lundi, le pass navigo dont le numéro est paire seraient invité à prendre leur métro’ entre 8h et 9h, les autres entre 9h et 10h.

La mesure, ne serait-ce qu’à titre incitative, sous la forme d’une réduction du prix de l’abonnement le mois suivant pour les personnes ayant respecté leur créneau améliorerait déjà nettement les conditions de transport.

La rame, vous la voyez complètement pleine ou au-delà de la limite physique ?

Vous le connaissez sans doute ce type. Vous le voyez tous les matins. Celui qui, face à une rame bondé, attend la fermeture des portes pour se jeter avec élan en bousculant tout le monde, et en comptant sur la fermeture des portes pour le maintenir à l’intérieur.

Personnellement, c’est ce genre de personne que je condamnerais à une amende de 5€, pas ceux qui ne valident pas leur pass dans le bus.

C’est assez flagrant certains matin, certaine rame sont déjà pleine seulement après trois stations. Inutile de dire que tout au long du trajet, la rame se remplira de plus en plus.

Et si on installait des portiques comptant le nombre de voyageurs qui descendent de la rame, et le nombre de voyageur qui y montent. Ces portiques ne laisseraient alors passer que le nombre de passager que la rame ne peut accueillir. On pourrait même imaginer que le nombre de personnes autorisées à monter serait étudier pour qu’à chaque station, un nombre de places défini soient disponibles.

Je suis d’accord, presque toutes ses idées reposent sur l’éducation des voyageurs, mais je ne doute pas que la RATP sachent inciter les gens à respecter des règles, que ça soit par amende (c’est déjà fait pour la validation des pass navigo, alors que circuler sans valider est loin de poser un quelconque problème, à part fausser leurs statistiques), ou par des incitations financières sous la forme de réduction du prix de l’abonnement. Ce qui est sûr, c’est que recharger son pass navigo à domicile n’était clairement pas une priorité, et qu’il y avait beaucoup d’autres choses à mettre en place en priorité.

Publié par

gcko

#iOS developer at @applydia, former #Epitech student, «I'm am currently making your smartphone smarter»